Faux Pas Quotes

We've searched our database for all the quotes and captions related to Faux Pas. Here they are! All 100 of them:

I stopped the blade two inches before it touched Andrea’s neck. Because she was my best friend, and sticking knives into your best friend’s windpipe was generally considered to be a social faux pas.
Ilona Andrews (Magic Strikes (Kate Daniels, #3))
There are certain bad habits we've groomed our whole life -- from personality flaws to fashion faux pas. And it has been the role of parents and friends, outside of some minor tweaking, to reinforce the belief that we're okay just as we are. But it's not enough to just be yourself. You have to be your best self. And that's a tall order if you haven't found your best self yet.
Neil Strauss (The Game: Penetrating the Secret Society of Pickup Artists)
Kate?” I have a superior reaction time. That was why although I shot out of my chair, jumped onto my desk, and attempted to stab the intruder into my office in the throat, I stopped the blade two inches before it touched Andrea’s neck. Because she was my best friend, and sticking knives into your best friend’s windpipe was generally considered to be a social faux pas. Andrea stared at the black blade of the throwing dagger. “That was great,” she said. “What will you do for a dollar?
Ilona Andrews (Magic Strikes (Kate Daniels, #3))
Some things simply made a person feel feminine; other things made a person feel masculine. Wasn’t that true of everyone regardless of gender? Or did binaries deny themselves the things that didn’t fit the mold? Well, regardless, Jerico found the faux pas and overcompensations more humorous than anything else.
Neal Shusterman (The Toll (Arc of a Scythe, #3))
That’s what writers do—the good ones anyway—we watched and we learned the faux pas of human nature. The delicate ways people came undone, the tiny little frays in the tapestry.
Tarryn Fisher (Bad Mommy)
At her gesture Michael cursed and caught her hand, falling suddenly atop her. She stared up at him wondering what bedchamber faux pas she’d committed. He groaned at her look. “I’ll let ye pet and play all ye want—after. Now I need”—he pushed her chemise to her waist, parted her thighs, and settled between them—“to be inside ye.
Elizabeth Hoyt (Scandalous Desires (Maiden Lane, #3))
The worst fashion faux pas is looking in the mirror and seeing somebody else.
Iris Apfel (Iris Apfel: Accidental Icon)
Pauvres créatures! Si c'est un tort de les aimer, c'est bien le moins qu'on les plaigne. Vous plaignez l'aveugle qui n'a jamais vu les rayons du jour, le sourd qui n'a jamais entendu les accords de la nature, le muet qui n'a jamais pu rendre la voix de son âme, et, sous un faux prétexte de pudeur, vous ne voulez pas plaindre cette cécité du coeur, cette surdité de âme, ce mutisme de la conscience qui rendent folle la malheureuse affligée et qui la font malgré elle incapable de voir le bien, d'entendre le Seigneur et de parler la langue pure de l'amour et de la foi.
Alexandre Dumas fils (La Dame aux Camélias)
Chronically awkward people can feel like everyone else received a secret instruction manual at birth titled "How to be Socially Competent." For the awkward person, this dreamy manual would provide easy-to-understand, step-by-step instructions on how to gracefully navigate social life, avoid embarrassing faux pas, and rid oneself of the persistent anxiety that comes with being awkward.
Ty Tashiro (Awkward: The Science of Why We're Socially Awkward and Why That's Awesome)
Dealing with white people faux pas as a black woman is tricky: if you get upset, you can be quickly be labeled as the "angry black girl"; if you're too passive, it seems like you're give permission, or letting racism slide.
Franchesca Ramsey (Well, That Escalated Quickly: Memoirs and Mistakes of an Accidental Activist)
I got up the nerve to ask her if she remembered that first visit and my terrible faux pas. She pretended, in true Japanese fashion, that it had never happened.
Katherine Paterson (Stories of My Life)
[Adapted and condensed Valedictorian speech:] I'm going to ask that you seriously consider modeling your life, not in the manner of the Dalai Lama or Jesus - though I'm sure they're helpful - but something a bit more hands-on, Carassius auratus auratus, commonly known as the domestic goldfish. People make fun of the goldfish. People don't think twice about swallowing it. Jonas Ornata III, Princeton class of '42, appears in the Guinness Book of World Records for swallowing the greatest number of goldfish in a fifteen-minute interval, a cruel total of thirty-nine. In his defense, though, I don't think Jonas understood the glory of the goldfish, that they have magnificent lessons to teach us. If you live like a goldfish, you can survive the harshest, most thwarting of circumstances. You can live through hardships that make your cohorts - the guppy, the neon tetra - go belly-up at the first sign of trouble. There was an infamous incident described in a journal published by the Goldfish Society of America - a sadistic five-year-old girl threw hers to the carpet, stepped on it, not once but twice - luckily she'd done it on a shag carpet and thus her heel didn't quite come down fully on the fish. After thirty harrowing seconds she tossed it back into its tank. It went on to live another forty-seven years. They can live in ice-covered ponds in the dead of winter. Bowls that haven't seen soap in a year. And they don't die from neglect, not immediately. They hold on for three, sometimes four months if they're abandoned. If you live like a goldfish, you adapt, not across hundreds of thousands of years like most species, having to go through the red tape of natural selection, but within mere months, weeks even. You give them a little tank? They give you a little body. Big tank? Big body. Indoor. Outdoor. Fish tanks, bowls. Cloudy water, clear water. Social or alone. The most incredible thing about goldfish, however, is their memory. Everyone pities them for only remembering their last three seconds, but in fact, to be so forcibly tied to the present - it's a gift. They are free. No moping over missteps, slip-ups, faux pas or disturbing childhoods. No inner demons. Their closets are light filled and skeleton free. And what could be more exhilarating than seeing the world for the very first time, in all of its beauty, almost thirty thousand times a day? How glorious to know that your Golden Age wasn't forty years ago when you still had all you hair, but only three seconds ago, and thus, very possibly it's still going on, this very moment." I counted three Mississippis in my head, though I might have rushed it, being nervous. "And this moment, too." Another three seconds. "And this moment, too." Another. "And this moment, too.
Marisha Pessl
Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière ; et on se dit : " J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.
Alfred de Musset (On ne badine pas avec l'amour)
Bear in mind that since medications do not fix anything, they allow the underlying problem to continue uncorrected and actually accelerate. Meanwhile, new symptoms and new seemingly unrelated diseases are the inevitable consequence of this biochemical faux pas. Furthermore, drug side effects are the leading cause of death. NSAIDs as an example of only one group of medications, are fatally toxic to thousands of people each year by damaging joints, lungs, kidneys, eyes, hearts, and intestines. And they are covered by insurance. You and your doctor have been screwed into believing every symptom is a deficiency of some drug or surgery. You've been led to believe you have no control, when in truth you're the one who must take control. Unfortunately, the modus operandi in medicine is to find a drug to turn off the damaged part that is producing symptoms.
Sherry A. Rogers (Detoxify or Die)
The others sat down to watch Iko work. She'd just finished teasing the hair at the crown of Scarlet's head when Scarlet asked, "Why is Wolf's tuxedo missing?" Cinder traded looks with the others. "It ... um ... we were ..." "Thorne came up and took it," interrupted Cress. "When you were changing." Scarlet frowned. "What for?" "Because .. he wanted to ..." Cress swallowed. "Um ... compare it to his own tuxedo. To make sure they were, uh ... matching?" Her gaze darted to one side as she realized how implausible that sounded, even for Thorne. "She means," interrupted Cinder, "that Thorne was concerned that he and Wolf might have purchased the same tuxedo, which I guess is considered a big faux pas. You know how Thorne is about that sort of thing. Can't be seen in the same tux as the groom! How embarrassing, right?
Marissa Meyer (Stars Above (The Lunar Chronicles, #4.5))
Encore plus faux et dangereux qu’il n’est aimable et séduisant, jamais, depuis sa plus grande jeunesse, il n’a fait un pas ou dit une parole sans avoir un projet, et jamais il n’eut un projet qui ne fût malhonnête ou criminel.
Pierre Choderlos de Laclos (Les Liaisons dangereuses)
He views self-monitoring as an act of modesty. It’s about accommodating oneself to situational norms, rather than “grinding down everything to one’s own needs and concerns.” Not all self-monitoring is based on acting, he says, or on working the room. A more introverted version may be less concerned with spotlight-seeking and more with the avoidance of social faux pas.
Susan Cain (Quiet: The Power of Introverts in a World That Can't Stop Talking)
« Que c'est tandis qu'elle se vit que la vie est immortelle, tandis qu'elle est en vie. Que l'immortalité ce n'est pas une question de plus ou moins de temps, que ce n'est pas une question d'immortalité, que c'est une question d'autre chose qui reste ignoré. Que c'est aussi faux de dire qu'elle est sans commencement ni fin que de dire qu'elle commence et qu'elle finit avec la vie de l'esprit du moment que c'est de l'esprit qu'elle participe et de la poursuite du vent. Regardez les sables morts des déserts, le corps mort des enfants l'immortalité ne passe pas par là, elle s'arrête et contourne. »
Marguerite Duras (The Lover)
Before entering our room we had to remove our shoes. Here Ken and myself made what I expected to be the first of many faux pas. After taking our shoes off, we noticed some oriental style slippers nearby and presumed that we ought to put these on in true Japanese style. Grumbling that they were all too small, we eventually selected two pairs and were tottering to our room when one of the Japanese ‘attendants’ – it wouldn’t be quite right to call them ‘waitresses’ – stopped us excitedly and told us to take off the shoes. Then we realised the awful truth – that they belonged to people already eating there.
Michael Palin (Diaries 1969-1979: The Python Years (Palin Diaries, #1))
As the 2018 World Cup Championship in Russia draws to a close, President Trump scores a hat-trick of diplomatic faux pas - first at the NATO summit, then on a UK visit, and finally with a spectacular own goal in Helsinki, thereby handing Vladimir Putin a golden propaganda trophy. For as long as this moron continues to queer the pitch by refusing to be a team player, America's Achilles' heel will go from bad to worse. It's high time somebody on his own side tackled him in his tracks.
Alex Morritt (Lines & Lenses)
and he is missing his cap—a faux pas that would, were he not the Queen’s brother and so terrifying seething with anger, have barred his admittance from her presence.
Elizabeth Fremantle (Queen's Gambit (The Tudor Trilogy, #1))
Celui qui se relève de ses faux pas aura gagné l'estime des dieux. De toutes les couleurs qu'on lui en a fait voir, il construira un arc-en-ciel.
Yasmina Khadra (Dieu n'habite pas La Havane)
faux pas.
Neal Shusterman (UnSouled (Unwind, #3))
who would no doubt define faux pas as “the father of my enemy.
Dean Koontz (The Crooked Staircase (Jane Hawk, #3))
Ah je les vois déjà Tous mes chers faux amis Souriant sous le poids Du devoir accompli Ah je te vois déjà Trop triste trop à l'aise Protégeant sous le drap Tes larmes lyonnaises Tu ne sais même pas Sortant de mon cimetière Que tu entres en ton enfer Quand s'accroche à ton bras Le bras de ton quelconque Le bras de ton dernier Qui te fera pleurer Bien autrement que moi Ah-Ah Ah-Ah-Ah-Ah Ah-Ah-Ah
Jacques Brel
the fact that I was pretty sure it was some sort of fashion faux pas to be wearing the same thing as the dead body at a funeral, and I didn’t need to give anyone else the opportunity to notice. “I’m
Lisa Emme (Hell to Pay (The Harry Russo Diaries, #4))
Poétise, poétise, fais-toi le grand cinéma de la liberté passée. Vrai que j'aimais ma vie, que je voyais l'avenir sans désespoir. Et je ne m'ennuyais pas. J'en ai réellement prononcé des propos désabusés sur le mariage, le soir dans ma chambre, avec les copines étudiantes, une connerie, la mort, rien qu'à voir la trombine des couples mariés au restau, ils bouffent l'un en face de l'autre sans parler, momifiés. Quand Hélène, licence de philo, concluait que c'était tout de même un mal nécessaire, pour avoir des enfants, je pensais qu'elle avait de drôles d'idées, des arguments saugrenus. Moi je n'imaginais jamais la maternité avec ou sans mariage. Je m'irritais aussi quand presque toutes se vantaient de savoir bien coudre, repasser sans faux plis, heureuses de ne pas être seulement intellectuelles, ma fierté devant une mousse au chocolat réussie avait disparu en même temps que Brigitte, la leur m'horripilait. Oui, je vivais de la même manière qu'un garçon de mon âge, étudiant qui se débrouille avec l'argent de l'État, l'aide modeste des parents, le baby-sitting et les enquêtes, va au cinéma, lit, danse, et bosse pour avoir ses examens, juge le mariage une idée bouffonne.
Annie Ernaux (A Frozen Woman)
Non, c'était faux. Il y avait toujours des conséquences. On ne pouvait pas y échapper, quel que soit le camp dans lequel on était. Quelles que soient les personnes au côté desquelles on combattait. Il y avait toujours un perdant dans l’affaire.
Marissa Meyer (Archenemies (Renegades, #2))
What the above examples reveal is not a man prone to the faux pas, but a gentleman—strictly defined, by Hitchens, as “someone who is never rude except on purpose.” A spectacular instance of his gentlemanliness occurred during an appearance on HBO’s Real Time with Bill Maher. Unlike most guests, Hitchens did not try to flatter or pacify the audience. Instead, after being booed and jeered for pointing out the horrors of a nuclear Iran, he raised his middle finger and pointed it at them, while intoning, “Fuck you! Fuck you!” What this little episode demonstrated was not only his indifference to crowd opinion—impressive in itself—but also his binary nature: He has a large mind and a big mouth—neither of which ever seems to be closed. Whereas
Windsor Mann (The Quotable Hitchens: From Alcohol to Zionism -- The Very Best of Christopher Hitchens)
L'acte de penser l'intéressait maintenant plus que les douteux produits de la pensée elle-même. (...) Toute sa vie, il s'était ébahi de cette faculté qu'ont les idées de s'agglomérer froidement comme des cristaux en d'étranges figures vaines, de croître comme des tumeurs dévorant la chair qui les a conçues, ou encore d'assumer monstrueusement certains linéaments de la personne humaine, comme ces masses inertes dont accouchent certaines femmes, et qui ne sont en somme que de la matière qui rêve. (...) D'autres notions, plus propres et plus nettes, forgées comme par un maître ouvrier, étaient de ces objets qui font illusion à distance; on ne se lassait pas d'admirer leurs angles et leurs parallèles; elles n'étaient néanmoins que les barreaux dans lesquels l'entendement s'enferme lui-même, et la rouille du faux mangeait déjà ces abstraites ferrailles. (...) Les notions mouraient comme les hommes: il avait vu au cours d'un demi-siècle plusieurs générations d'idées tomber en poussière. (L'abîme)
Marguerite Yourcenar (L'Œuvre au noir)
Le principal ennemi du langage clair, c'est l'hypocrisie. Quand il y a un fossé entre les objectifs réels et les objectifs déclarés, on a presque instinctivement recours aux mots interminables et aux locutions rabâchées, à la manière d'une seiche qui projette son encre. A notre époque, il n'est plus concevable de "ne pas s'occuper de politique". Tous les problèmes sont des problèmes politiques, et la politique elle-même n'est qu'un amas de mensonges, de faux-fuyants, de sottise, de haine et de schizophrénie.
George Orwell (Such, Such Were the Joys)
Tatemae is a charming attitude when it means that everyone should look at the other way at a guest’s faux pas in the tearoom; it has dangerous and unpredictable results when applied to corporate balance sheets, drug testing, and nuclear-power safety reports.
Alex Kerr (Dogs and Demons: Tales from the Dark Side of Japan)
MADAME DE SAINT-ANGE — [...] If in all the world there is a mother who ought to be abhorred she is certainly yours! Superstitious, pious, a shrew, a scold...and what with her revolting prudery I dare wager the fool has never in her life committed a faux pas. Ah, my dear, how I hate virtuous women!
Marquis de Sade (Philosophy in the Boudoir)
Une fois, il m'a dit que j'étais belle. Il y a plus de vingt ans et j'avais un peu plus de vingt ans. J'étais joliment vêtue, un faux air de Dior; il voulait coucher avec moi. Son compliment eut raison de mes jolis vêtements. Vous voyez, on se ment toujours. Parce que l'amour ne résisterait pas à la vérité.
Grégoire Delacourt (La liste de mes envies)
Je suis certain qu'on ne peut être heureux sans argent. Voilà tout. Je n'aime ni la facilité ni le romantisme. J'aime à me rendre compte. Eh bien, j'ai remarqué que chez certains êtres d'élite il y a une sorte de snobisme spirituel à croire que l'argent n'est pas nécessaire au bonheur. C'est bête, c'est faux, et dans une certaine mesure, c'est lâche.
Albert Camus
You might want to pop your collar." "Hey if the biker doesn't pop his, I'm not popping mine. Also? We're thirty years past that fashion faux pas." "Yeah, but it still comes in handy when you're sporting a hickey." "What?" My hands flew to my neck, and I found the tender spot. "Shit. No, that's not-- I burned it. My hair wasn't cooperating, so I dragged out the curling iron." "Gabriel has a curling iron?" "No, I meant--Damn it." I rooted through my bag for concealer. "I'm sorry. If I'd noticed, I'd have hidden it." "I know." His lips twitched. "It is kinda funny, though, watching you guys scramble with excuses. Gabriel told me you weren't answering my calls because you forgot your phone in the car. Which is about as likely as you leaving your arm behind. He dried his hair so fast the back was sticking up. And then he scarfed down half the food I brought for lunch. I've never seen him eat like that." He smiled. "But I do appreciate he's being circumspect." "He's not going to wave it in your face." "No, but we are talking about Gabriel, who never goes out of his way to cushion anyone's feelings but yours. He's being very thoughtful. It's sweet. Just don't tell him I said that." "I won't." I finished applying the concealer. "Better?" "Yep." He leaned over for a better look and then stopped. "Is that a bite on your collarbone?" "Shit! No. Damn it. Ricky laughed as I frantically applied more makeup.
Kelley Armstrong (Rituals (Cainsville, #5))
Could this underwear pass as a swimming costume? Perhaps. Is there such a thing as a Y-front swimming costume? Probably.
S.R. Thomas (Geeks Beyond Time)
The feeling of the uselessness of what I am doing is linked to this other feeling that nothing is more serious.
Maurice Blanchot (Faux Pas)
et, en effet, si le plus bel air du monde devient vulgaire, insupportable, dès que le public le fredonne, dès que les orgues s'en emparent, l'œuvre d'art qui ne demeure pas indifférente aux faux artistes, qui n'est point contestée par les sots, qui ne se contente pas de susciter l'enthousiasme de quelques-uns, devient, elle aussi, par cela même, pour les initiés, polluée, banale, presque repoussante.
Joris-Karl Huysmans (Against Nature)
You took your time,’ she complained. He stared at her. ‘You didn’t want me here. You sent me a letter.’ She laughed until she coughed. ‘I never did!’ she said, in the tone of a younger woman who learns only now of some bravura socio-sexual faux pas achieved with the aid of alcohol a week, a month or a year before. It was one of her most effective impersonations. For a moment she seemed full of life. ‘I never did!
M. John Harrison (The Sunken Land Begins to Rise Again)
There is a curious phenomenon in Western intellectual life, namely that of being right at the wrong time. To be right at the wrong time is far, far worse than having been wrong for decades on end. In the estimation of many intellectuals, to be right at the wrong time is the worst possible social faux pas; like telling an off-colour joke at the throning of a bishop. In short, it is in unforgivable bad taste. There was never a good time, for example, to be anti-communist. Those who early warned of the dangers of bolshevism were regarded as lacking in compassion for the suffering of the masses under tsarism, as well as lacking the necessary imagination to “build” a better world. Then came the phase of denial of the crimes of communism, when to base one’s anti-communism on such phenomena as organised famine and the murder of millions was regarded as the malicious acceptance of ideologically-inspired lies and calumnies. When finally the catastrophic failure of communism could no longer be disguised, and all the supposed lies were acknowledged to have been true, to be anti-communist became tasteless in a different way: it was harping on pointlessly about what everyone had always known to be the case. The only good anti-communist was a mute anti-communist.
Theodore Dalrymple
Ne gaspillez pas l’or de vos jours, en écoutant les sots essayant d’arrêter l’inéluctable défaite et gardez-vous de l’ignorant, du commun et du vulgaire... C’est le but maladif, l’idéal faux de notre âge. Vivez ! vivez la merveilleuse vie qui est en vous ! N’en laissez rien perdre ! Cherchez de nouvelles sensations, toujours ! Que rien ne vous effraie... Un nouvel Hédonisme, voilà ce que le siècle demande. Vous pouvez en être le tangible symbole. Il n’est rien avec votre personnalité que vous ne puissiez faire. Le monde vous appartient pour un temps
Oscar Wilde (Le Portrait de Dorian Gray)
- Tu vois, ce n'était pas si difficile. En guise de réponse, Hurj poussa un grommellement inintelligible. Il avait failli tomber une dizaine de fois, s'était ouvert les doigts, entaillé le front, meurti les côtes et, quand une pierre s'était détachée sous son pied et qu'il s'était senti basculer en arrière, il avait couiné. Couiné. Lui, Hurj Ingan, fils d'un des clans thüls les plus puissants du nord-ouest, avait couiné. Il sentait le courroux de ses ancêtres vigilants planer au-dessus de lui tel un nuage sombre, n'attendant qu'un nouveau faux pas pour le plonger dans la honte et le déshonneur. Il avait couiné !
Pierre Bottero (Ellana, l'Envol (Le Pacte des MarchOmbres, #2))
It wasn’t the fluidity that stymied the crew—that was common enough—but they had trouble getting used to the meteorological aspect of Jerico’s personal system. Having been raised in a place where such things were the norm rather than the exception, it never even occurred to Jerico that it could be an issue, until leaving home. Some things simply made a person feel feminine; other things made a person feel masculine. Wasn’t that true of everyone regardless of gender? Or did binaries deny themselves the things that didn’t fit the mold? Well, regardless, Jerico found the faux pas and overcompensations more humorous than anything else.
Neal Shusterman (The Toll (Arc of a Scythe, #3))
6 And I’ll admit that on the very first night of the 7NCI asked the staff of the Nadir’s Five-Star Caravelle Restaurant whether I could maybe have a spare bucket of au jus drippings from supper so I could try chumming for sharks off the back rail of the top deck, and that this request struck everybody from the maître d’ on down as disturbing and maybe even disturbed, and that it turned out to be a serious journalistic faux pas, because I’m almost positive the maître d’ passed this disturbing tidbit on to Mr. Dermatitis and that it was a big reason why I was denied access to stuff like the ship’s galley, thereby impoverishing the sensuous scope of this article.
David Foster Wallace (A Supposedly Fun Thing I'll Never Do Again: Essays and Arguments)
Une erreur pernicieuse que nous devons signaler ici, et qui semble être un axiome pour les faux gourous d’Orient et d’Occident, est ce que nous pourrions désigner par le terme de «réalisationnisme» : on prétend que seule la « réalisation » importe et que la « théorie » n’est rien, comme si l’homme n’était pas un être pensant, et comme s’il pouvait entreprendre quoi que ce soit sans savoir où poser son pied. Les faux maîtres parlent volontiers du «développement d’énergies latentes» ; or on peut aller en enfer avec tous les développements et toutes les énergies qu’on voudra ; mieux vaut en tout cas mourir avec une bonne théorie qu’avec une fausse « réalisation ».
Frithjof Schuon (The Play of Masks (Library of Traditional Wisdom))
Désormais, sous prétexte de laïcité, tous les discours se valent : l’erreur et la vérité, le faux et le vrai, le fantasque et le sérieux. Le mythe et la fable pèsent autant que la raison. La magie compte autant que la science. Le rêve autant que la réalité. Or tous les discours ne se valent pas : ceux de la névrose, de l’hystérie et du mysticisme procèdent d’un autre monde que celui du positiviste. Pas plus qu’on ne doit renvoyer dos à dos bourreau et victime, bien et mal, on ne doit tolérer la neutralité, la bienveillance affichée pour la totalité des régimes de discours, y compris ceux des pensées magiques. Faut-il rester neutre ? Doit-on rester neutre ? A-t-on encore les moyens de ce luxe ? Je ne crois pas...
Michel Onfray (Atheist Manifesto: The Case Against Christianity, Judaism, and Islam)
L'Art d’avoir toujours raison La dialectique 1 éristique est l’art de disputer, et ce de telle sorte que l’on ait toujours raison, donc per fas et nefas (c’est-à-dire par tous les moyens possibles)2. On peut en effet avoir objectivement raison quant au débat lui-même tout en ayant tort aux yeux des personnes présentes, et parfois même à ses propres yeux. En effet, quand mon adversaire réfute ma preuve et que cela équivaut à réfuter mon affirmation elle-même, qui peut cependant être étayée par d’autres preuves – auquel cas, bien entendu, le rapport est inversé en ce qui concerne mon adversaire : il a raison bien qu’il ait objectivement tort. Donc, la vérité objective d’une proposition et la validité de celle-ci au plan de l’approbation des opposants et des auditeurs sont deux choses bien distinctes. (C'est à cette dernière que se rapporte la dialectique.) D’où cela vient-il ? De la médiocrité naturelle de l’espèce humaine. Si ce n’était pas le cas, si nous étions foncièrement honnêtes, nous ne chercherions, dans tout débat, qu’à faire surgir la vérité, sans nous soucier de savoir si elle est conforme à l’opinion que nous avions d’abord défendue ou à celle de l’adversaire : ce qui n’aurait pas d’importance ou serait du moins tout à fait secondaire. Mais c’est désormais l’essentiel. La vanité innée, particulièrement irritable en ce qui concerne les facultés intellectuelles, ne veut pas accepter que notre affirmation se révèle fausse, ni que celle de l’adversaire soit juste. Par conséquent, chacun devrait simplement s’efforcer de n’exprimer que des jugements justes, ce qui devrait inciter à penser d’abord et à parler ensuite. Mais chez la plupart des hommes, la vanité innée s’accompagne d’un besoin de bavardage et d’une malhonnêteté innée. Ils parlent avant d’avoir réfléchi, et même s’ils se rendent compte après coup que leur affirmation est fausse et qu’ils ont tort, il faut que les apparences prouvent le contraire. Leur intérêt pour la vérité, qui doit sans doute être généralement l’unique motif les guidant lors de l’affirmation d’une thèse supposée vraie, s’efface complètement devant les intérêts de leur vanité : le vrai doit paraître faux et le faux vrai.
Arthur Schopenhauer (L'art d'avoir toujours raison (La Petite Collection))
Le garçon se leva d’un bond. - Pas de problèmes ma vieille, lança-t-il avec entrain. Je te suis. Sur qui tu vas passer tes nerfs cette fois ? - Sur ce faux jeton d’Edwin ! Cracha Camille. Suivie de son ami, elle sortit par la porte qu’elle avait franchit quelques minutes plus tôt. - Qu’est ce qu’on fait ? S’inquiéta Bjorn. Ça risque de chauffer... - Rien, répondit Ellana, on ne fait rien. Un sourire s’épanouit sur ses lèvres, reflet de celui qui fendait le visage de Chiam. Bjorn faillit insister, mais il se ravisa et laissa éclater un rire joyeux. - Général des armées de Gwendalavir, énuméra-t-il, maître d’armes de l’Empereur, vainqueur des dix tournois, commandant de la Légion Noire... Je parie cent pièces d’or sur la petite. - Pari non tenu, s’exclama Chiam Vite. Il n’avoir aucune chance !
Pierre Bottero (Les Frontières de glace (La Quête d'Ewilan, #2))
Prince Arctic?” A silvery white dragon poked her head around the door, tapping three times lightly on the ice wall. Arctic couldn’t remember her name, which was the kind of faux pas his mother was always yelling at him about. He was a prince; it was his duty to have all the noble dragons memorized along with their ranks so he could treat them according to exactly where they fit in the hierarchy. It was stupid and frustrating and if his mother yelled at him about it one more time, he would seriously enchant something to freeze her mouth shut forever. Oooo. What a beautiful image. Queen Diamond with a chain of silver circles wound around her snout and frozen to her scales. He closed his eyes and imagined the blissful quiet. The dragon at his door shifted slightly, her claws making little scraping sounds to remind him she was there. What was she waiting for? Permission to give him a message? Or was she waiting for him to say her name — and if he didn’t, would she go scurrying back to the queen to report that he had failed again? Perhaps he should enchant a talisman to whisper in his ear whenever he needed to know something. Another tempting idea, but strictly against the rules of IceWing animus magic. Animus dragons are so rare; appreciate your gift and respect the limits the tribe has set. Never use your power frivolously. Never use it for yourself. This power is extremely dangerous. The tribe’s rules are there to protect you. Only the IceWings have figured out how to use animus magic safely. Save it all for your gifting ceremony. Use it only once in your life, to create a glorious gift to benefit the whole tribe, and then never again; that is the only way to be safe. Arctic shifted his shoulders, feeling stuck inside his scales. Rules, rules, and more rules: that was the IceWing way of life. Every direction he turned, every thought he had, was restricted by rules and limits and judgmental faces, particularly his mother’s. The rules about animus magic were just one more way to keep him trapped under her claws. “What is it?” he barked at the strange dragon. Annoyed face, try that. As if he were very busy and she’d interrupted him and that was why he was skipping the usual politic rituals. He was very busy, actually. The gifting ceremony was only three weeks away. It was bad enough that his mother had dragged him here, to their southernmost palace, near the ocean and the border with the Kingdom of Sand. She’d promised to leave him alone to work while she conducted whatever vital royal business required her presence. Everyone should know better than to disturb him right now. The messenger looked disappointed. Maybe he really was supposed to know who she was. “Your mother sent me to tell you that the NightWing delegation has arrived.” Aaarrrrgh. Not another boring diplomatic meeting.
Tui T. Sutherland (Darkstalker (Wings of Fire: Legends, #1))
All children in Madagascar were raised genderless and forbidden to choose a gender until reaching adulthood. Even then, many didn’t choose a single state of being. Some, like Jerico, found fluidity to be their nature. “I feel like a woman beneath the sun and the stars. I feel like a man under the cover of clouds,” Jerico had explained to the crew when assuming command. “A simple glance at the skies will let you know how to address me at any given time.” It wasn’t the fluidity that stymied the crew – that was common enough – but they had trouble getting used to the meteorological aspect of Jerico’s personal system. Having been raised in a place where such things were the norm rather than the exception, it never even occurred to Jerico that it could be an issue, until leaving home. Some things simply made a person feel feminine; other things made a person feel masculine. Wasn’t that true of everyone regardless of gender? Or did binaries deny themselves the things that didn’t fit the mold? Well, regardless, Jerico found the faux pas and overcompensations more humorous than anything else.
Neal Shusterman (The Toll (Arc of a Scythe Book 3))
comme les mots sont une partie de l'imagination, c'est-à-dire que, selon qu'une certaine disposition du corps fait qu'ils se sont arrangés vaguement dans la mémoire, nous nous formons beaucoup d'idées chimériques, il ne faut pas douter que les mots, ainsi que l'imagination, puissent être cause de beaucoup de grossières erreurs, si nous ne nous tenons fort en garde contre eux. Joignez à cela qu'ils sont constitués arbitrairement et accommodés au goût du vulgaire, si bien que ce ne sont que des signes des choses telles qu'elles sont dans l'imagination, et non pas telles qu'elles sont dans l'entendement ; vérité évidente si l'on considère que la plupart des choses qui sont seulement dans l'entendement ont reçu des noms négatifs, comme immatériel, infini, etc., et beaucoup d'autres idées qui, quoique réellement affirmatives, sont exprimées sous une forme négative, telle qu'incréé, indépendant, infini, immortel, et cela parce que nous imaginons beaucoup plus facilement les contraires de ces idées, et que ces contraires, se présentant les premiers aux premiers hommes, ont usurpé les noms affirmatifs. Il y a beaucoup de choses que nous affirmons et que nous nions parce que telle est la nature des mots, et non pas la nature des choses. Or, quand on ignore la nature des choses, rien de plus facile que de prendre le faux pour le vrai.
Baruch Spinoza (On the Improvement of Understanding)
I had to pull columnist George Will out of a baseball game—like yanking Hemingway out of a bar—to correct one misattributed quote, and berate blogger Josh Rogin for recording a public talk between Jeffrey Goldberg and me in a synagogue, on Yom Kippur. Most miffing was the book This Town, a pillorying of well-connected Washingtonians by The New York Times’s Mark Leibovich. The only thing worse than being mentioned in Mark’s bestselling book was not being mentioned in it. I merited much of a paragraph relating how, at the Christmas party of media grandees Ben Bradlee and Sally Quinn, I “hovered dangerously over the buffet table, eyeing a massive Christmas ham.” But Nathan Guttman, a reporter for The Jewish Daily Forward, changed the word “eyeing” to “reaching for,” insinuating that I ate the ham. Ironically, the embassy employed Nathan’s caterer wife to cook gala kosher dinners. George Will graciously corrected the quote and Josh Rogin apologized. The Jewish Daily Forward printed a full retraction. Yet, in the new media age, old stories never vanish. A day after the Forward’s faux pas, I received several angry phone calls from around the United States. “You should be ashamed of yourself!” they remonstrated. “The Israeli ambassador eating trief? In public? On Christmas?” I tried to defend myself—“I didn’t eat it, I eyed it”—but fruitlessly. Those calls reminded me that, more complex than many of the issues I faced in the press, and often more explosive, was the minefield of American Jewry.
Michael B. Oren (Ally: My Journey Across the American-Israeli Divide)
Comment des sociétés contemporaines, restées ignorantes de l'électricité et de la machine à vapeur, n'évoqueraient-elles pas la phase correspondante du développement de la civilisation occidentale ? Comment ne pas comparer les tribus indigènes, sans écriture et sans métallurgie, mais traçant des figures sur les parois rocheuses et fabriquant des outils de pierre, avec les formes archaïques de cette même civilisation, dont les vestiges trouvés dans les grottes de France et d'Espagne attestent la similarité ? C'est là surtout que le faux évolutionnisme s'est donné libre cours. Et pourtant ce jeu séduisant, auquel nous nous abandonnons presque irrésistiblement chaque fois que nous en avons l'occasion (le voyageur occidental ne se complaît-il pas à retrouver le "moyen âge" en Orient, le "siècle de Louis XIV" dans le Pékin d'avant la Première Guerre mondiale, l'"âge de la pierre" parmi les indigènes d'Australie ou de la Nouvelle-Guinée ?), est extraordinairement pernicieux. Des civilisations disparues, nous ne connaissons que certains aspects, et ceux-ci sont d'autant moins nombreux que la civilisation considérée est plus ancienne, puisque les aspects connus sont ceux-là seuls qui ont pu survivre aux destructions du temps. Le procédé consiste donc à prendre la partie pour le tout, à conclure, du fait que certains aspects de deux civilisations (l'une actuelle, l'autre disparue) offrent des ressemblances, à l'analogie de tous les aspects. Or non seulement cette façon de raisonner est logiquement insoutenable, mais dans bon nombre de cas elle est démentie par les faits.
Claude Lévi-Strauss (Race et histoire)
Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu’on te fera de ces récits hideux qui t’ont empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelques fois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui.
Alfred de Musset (On ne badine pas avec l'amour)
she had dark chestnut hair, a heart-shaped face, large wide eyes, full lips…and appeared about as miserable as he’d ever seen a young woman, a state he suspected had something to do with the older woman at her side. His gaze slid over the matron. Well-rounded with dark hair, she was pretty despite the bloom of youth being gone—or she would be if she weren’t wearing a pursed, dissatisfied expression as she surveyed the activity in the ballroom. Adrian glanced back to the girl. “First season?” he queried, his curiosity piqued. “Yes.” Reg looked amused. “Why is no one dancing with her?” A beauty such as this should have had a full card. “No one dares ask her—and you will not either, if you value your feet.” Adrian’s eyebrows rose, his gaze turning reluctantly from the young woman to the man at his side. “She is blind as a bat and dangerous to boot,” Reg announced, nodding when Adrian looked disbelieving. “Truly, she cannot dance a step without stomping on your toes and falling about. She cannot even walk without bumping into things.” He paused, cocking one eyebrow in response to Adrian’s expression. “I know you do not believe it. I did not either…much to my own folly.” Reginald turned to glare at the girl and continued: “I was warned, but ignored it and took her in to dinner….” He glanced back at Adrian. “I was wearing dark brown trousers that night, unfortunately. She mistook my lap for a table, and set her tea on me. Or rather, she tried to. It overset and…” Reg paused, shifting uncomfortably at the memory. “Damn me if she did not burn my piffle.” Adrian stared at his cousin and then burst into laughter. Reginald looked startled, then smiled wryly. “Yes, laugh. But if I never sire another child—legitimate or not—I shall blame it solely on Lady Clarissa Crambray.” Shaking his head, Adrian laughed even harder, and it felt so good. It had been many years since he’d found anything the least bit funny. But the image of the delicate little flower along the wall mistaking Reg’s lap for a table and oversetting a cup of tea on him was priceless. “What did you do?” he got out at last. Reg shook his head and raised his hands helplessly. “What could I do? I pretended it had not happened, stayed where I was, and tried not to cry with the pain. ‘A gentleman never deigns to notice, or draw attention in any way to, a lady’s public faux pas,’” he quoted dryly, then glanced back at the girl with a sigh. “Truth to tell, I do not think she even realized what she’d done. Rumor has it she can see fine with spectacles, but she is too vain to wear them.” Still smiling, Adrian followed Reg’s gaze to the girl. Carefully taking in her wretched expression, he shook his head. “No. Not vain,” he announced, watching as the older woman beside Lady Clarissa murmured something, stood, and moved away. “Well,” Reg began, but paused when, ignoring him, Adrian moved toward the girl. Shaking his head, he muttered, “I warned you.” -Adrian & Reg
Lynsay Sands (Love Is Blind)
FRÈRE LAURENCE.—Un arrêt moins rigoureux s’est échappé de sa bouche: ce n’est pas la mort de ton corps, mais son bannissement. ROMÉO.—Ah! le bannissement! aie pitié de moi; dis la mort. L’aspect de l’exil porte avec lui plus de terreur, beaucoup plus que la mort. Ah! ne me dis pas que c’est le bannissement. FRÈRE LAURENCE.—Tu es banni de Vérone. Prends patience; le monde est grand et vaste. ROMÉO.—Le monde n’existe pas hors des murs de Vérone; ce n’est plus qu’un purgatoire, une torture, un véritable enfer. Banni de ce lieu, je le suis du monde, c’est la mort. Oui, le bannissement, c’est la mort sous un faux nom; et ainsi, en nommant la mort un bannissement, tu me tranches la tête avec une hache d’or, et souris au coup qui m’assassine. FRÈRE LAURENCE.—O mortel péché! ô farouche ingratitude! Pour ta faute, notre loi demandait la mort; mais le prince indulgent, prenant ta défense, a repoussé de côté la loi, et a changé ce mot funeste de mort en celui de bannissement: c’est une rare clémence, et tu ne veux pas la reconnaître. ROMÉO.—C’est un supplice et non une grâce. Le ciel est ici, où vit Juliette: les chats, les chiens, la moindre petite souris, tout ce qu’il y a de plus misérable vivra ici dans le ciel, pourra la voir; et Roméo ne le peut plus! La mouche qui vit de charogne jouira d’une condition plus digne d’envie, plus honorable, plus relevée que Roméo; elle pourra s’ébattre sur les blanches merveilles de la chère main de Juliette, et dérober le bonheur des immortels sur ces lèvres où la pure et virginale modestie entretient une perpétuelle rougeur, comme si les baisers qu’elles se donnent étaient pour elles un péché; mais Roméo ne le peut pas, il est banni! Ce que l’insecte peut librement voler, il faut que je vole pour le fuir; il est libre et je suis banni; et tu me diras encore que l’exil n’est pas la mort!… N’as-tu pas quelque poison tout préparé, quelque poignard affilé, quelque moyen de mort soudaine, fût-ce la plus ignoble? Mais banni! me tuer ainsi! banni! O moine, quand ce mot se prononce en enfer, les hurlements l’accompagnent.—Comment as-tu le coeur, toi un prêtre, un saint confesseur, toi qui absous les fautes, toi mon ami déclaré, de me mettre en pièces par ce mot bannissement? FRÈRE LAURENCE.—Amant insensé, écoute seulement une parole. ROMÉO.—Oh! tu vas me parler encore de bannissement. FRÈRE LAURENCE.—Je veux te donner une arme pour te défendre de ce mot: c’est la philosophie, ce doux baume de l’adversité; elle te consolera, quoique tu sois exilé. ROMÉO.—Encore l’exil! Que la philosophie aille se faire pendre: à moins que la philosophie n’ait le pouvoir de créer une Juliette, de déplacer une ville, ou de changer l’arrêt d’un prince, elle n’est bonne à rien, elle n’a nulle vertu; ne m’en parle plus. FRÈRE LAURENCE.—Oh! je vois maintenant que les insensés n’ont point d’oreilles. ROMÉO.—Comment en auraient-ils, lorsque les hommes sages n’ont pas d’yeux? FRÈRE LAURENCE.—Laisse-moi discuter avec toi ta situation. ROMÉO.—Tu ne peux parler de ce que tu ne sens pas. Si tu étais aussi jeune que moi, amant de Juliette, marié seulement depuis une heure, meurtrier de Tybalt, éperdu d’amour comme moi, et comme moi banni, alors tu pourrais parler; alors tu pourrais t’arracher les cheveux et te jeter sur la terre comme je fais, pour prendre la mesure d’un tombeau qui n’est pas encore ouvert.
William Shakespeare (Romeo and Juliet)
(...) la fonction du Musée, comme celle de la Bibliothèque, n'est pas uniquement bienfaisante. Il nous donne bien le moyen de voir ensemble, comme moments d'un seul effort, des productions qui gisaient à travers le monde, enlisées dans les cultes ou dans les civilisations dont elles voulaient être l'ornement, en ce sens il fonde notre conscience de la peinture comme peinture. Mais elle est d'abord dans chaque peintre qui travaille, et elle y est à l'état pur, tandis que le Musée la compromet avec les sombres plaisirs de la rétrospection. Il faudrait aller au Musée comme les peintres y vont, dans la joie sobre [78] du travail, et non pas comme nous y allons, avec une révérence qui n'est pas tout à fait de bon aloi. Le Musée nous donne une conscience de voleurs. L'idée nous vient de temps à autre que ces œuvres n'ont tout de même pas été faites pour finir entre ces murs moroses, pour le plaisir des promeneurs du dimanche ou des « intellectuels » du lundi. Nous sentons bien qu'il y a déperdition et que ce recueillement de nécropole n'est pas le milieu vrai de l'art, que tant de joies et de peines, tant de colères, tant de travaux n'étaient pas destinés à refléter un jour la lumière triste du Musée. Le Musée, transformant des tentatives en « œuvres », rend possible une histoire de la peinture. Mais peut-être est-il essentiel aux hommes de n'atteindre à la grandeur dans leurs ouvrages que quand ils ne la cherchent pas trop, peut-être n'est-il pas mauvais que le peintre et l'écrivain ne sachent pas trop qu'ils sont en train de fonder l'humanité, peut-être enfin ont-ils, de l'histoire de l'art, un sentiment plus vrai et plus vivant quand ils la continuent dans leur travail que quand ils se font « amateurs » pour la contempler au Musée. Le Musée ajoute un faux prestige à la vraie valeur des ouvrages en les détachant des hasards au milieu desquels ils sont nés et en nous faisant croire que des fatalités guidaient la main des artistes depuis toujours. Alors que le style en chaque peintre vivait comme la pulsation de son cœur et le rendait justement capable de reconnaître tout autre effort que le sien, - le Musée convertit cette historicité secrète, pudique, non délibérée, involontaire, vivante enfin, en histoire officielle et pompeuse. L'imminence d'une régression donne à notre amitié pour tel peintre une nuance pathétique qui lui était bien étrangère. Pour lui, il a travaillé toute une vie d'homme, - et nous, nous voyons son œuvre comme des fleurs au bord d'un précipice. Le Musée rend les peintres aussi mystérieux pour nous que les pieuvres ou les langoustes. Ces œuvres qui sont nées dans la chaleur d'une vie, il les transforme en prodiges d'un autre monde, et le souffle qui les portait n'est plus, dans l'atmosphère pensive du Musée et sous ses glaces protectrices, qu'une faible palpitation à leur surface. Le Musée tue la véhémence de la peinture comme la bibliothèque, [79] disait Sartre, transforme en « messages » des écrits qui ont été d'abord les gestes d'un homme. Il est l'historicité de mort. Et il y a une historicité de vie, dont il n'offre que l'image déchue : celle qui habite le peintre au travail, quand il noue d'un seul geste la tradition qu'il reprend et la tradition qu'il fonde, celle qui le rejoint d'un coup à tout ce qui s'est jamais peint dans le monde, sans qu’il ait à quitter sa place, son temps, son travail béni et maudit, et qui réconcilie les peintures en tant que chacune exprime l'existence entière, en tant qu'elles sont toutes réussies, - au lieu de les réconcilier en tant qu'elles sont toutes finies et comme autant de gestes vains.
Merlau-Ponty
J'achète un roman marocain d'expression française le vendredi. Je commence à le lire le samedi et dès les premières pages, je crie: "Encore un qui croit que la littérature, c'est raconter son enfance et sublimer ou dramatiser son passé. Je me dis; "continue quand même, il a raté le début mais tu trouveras sûrement quelque chose de beau plus loin." Rien, walou, nada, niet. chercher des effets de styles, une narration travaillée, un souffle, une sensibilité, une sincérité est inutile. Tout sonne faux. Le mec continue de nous bassiner avec ses misères et ses amours d'enfance en utilisant la langue la plus plate que j'ai eu à lire ces derniers temps. Pourquoi tant d'égocentrisme et de nombrilisme? L'HÉGÉMONIE DU "JE" EST DEVENUE UN VÉRITABLE CANCER POUR LA LITTÉRATURE MAROCAINE. Beaucoup de ceux qui s'adonnent à l'écriture au Maroc, surtout en français, croient qu'écrire, c'est reparler de leur mère, leur père, leurs voisins, leurs frustrations... et surtout LEUR PERSONNE. Si au moins ils avaient l'existence d'un Rimbaud ou d'un Dostoïevski. Je continue à lire malgré tout, d'abord parce que je suis maso, et ensuite pour ne pas être injuste à l'égard de l'auteur. Peine perdue. Le livre me tombe des mains et je le balance loin de moi à la page 94. Même le masochisme a des limites. Je n'ai rien contre quelqu'un qui raconte sa vie. Je n'ai rien contre un nombriliste, un égocentrique, un maniaque, un narcissique, un mégalo, etc, du moment qu'il me propose un objet littéraire, un vrai, avec un style... Oui un style. Je ne dis pas avec une langue parfaite; non; je dis avec sa langue à lui, qui fait ressortir sa sincérité, son dilemme, ses tripes, son âme. C'est ça le style qui fait l'oeuvre et non pas le bavardage. Pour le bavardage, le "regardez-moi, je suis beau et je suis devenu écrivain"; le "Admirez-moi!", il y a les Jamaäs Fna (avec tous mes respects pour les conteurs de Jamaa Fna) et les Shows. Alors SVP! un peu de respect pour la littérature.
Mokhtar Chaoui
- Tu as traversé les flammes et j'ai su que tout se passerait bien. Elle a fait un petit pas vers moi et m'a posé la main sur le bras. J'ai senti la chaleur de ses doigts à travers ma chemise. - J'allais mourir et... (Elle s'est tue, embarrassée.) Je ne fais que me répéter. J'ai secoué la tête. - C'est faux. Je t'ai vue. Tu cherchais à t'échapper. - Non, j'étais figée, comme une de ces filles idiotes des histoires que me lisait ma mère. Je les ai toujours détestées, ces filles. Je me demandais toujours: Mais pourquoi elle ne pousse pas la sorcière à la fenêtre? Pourquoi ne glisse-t-elle pas du poison dans la nourriture de l'ogre? Fela regardait ses pieds, à présent. Les cheveux tombaient en pluie sur son visage. Sa voix s'est faite moins forte, jusqu'à ne plus être qu'un murmure. - Pourquoi reste-t-elle assise là comme une idiote, en attendant qu'on vienne la sauver? Pourquoi ne se sauve-t-elle pas par ses propres moyens? J'ai posé la main sur la sienne en espérant la réconforter. J'ai alors remarqué que sa main n'était pas la petit chose délicate et fragile à laquelle je m'étais attendu. Elle était ferme et calleuse. C'était celle d'un sculpteur qui a connu des heures de dur labeur à manier le ciseau et le marteau. - On ne dirait pas la main d'une oie blanche, ai-je remarqué. Elle m'a regardé, les yeux brillants de larmes, et a eu un petit rire qui s'est étranglé en sanglot. - Comment? J'ai rougi en me rendant compte de ce que j'avais dit, mais je suis passé outre. - Ce n'est pas la main d'une princesse sujette aux pâmoisons qui se contente de rester assise en triturant son morceau de dentelle en attendant qu'un prince vienne à sa rescousse. C'est la main d'une femme qui, pour s'évader, grimperait à une corde qu'elle aurait tressée avec ses propres cheveux. Une femme qui étranglerait l'ogre dans son sommeil, ai-je dit en la regardant droit dans les yeux. C'est aussi la main d'une femme qui aurait pu échapper aux flammes par ses propres moyens, si je n'avais pas été là. Les vêtements roussis, peut-être, mais saine et sauve.
Patrick Rothfuss (The Name of the Wind (The Kingkiller Chronicle, #1))
He had turned forty yesterday, and a bunch of his friends had thrown a big party for him down at the bar across the street from his bail bond office. The beer had been flowing freely. They’d even sprung for a day-old cake from the deli section of one of the big grocery stores across town. Their gift to Wilson had been Wanelle, the prettiest hooker on their side of the city, which was a title Wanelle held proudly, even if her claim to fame came from a real long stretch of the truth. Still, Wanelle had all her own teeth and clear skin, and she was almost pretty when she laughed. Wilson knew her slightly. He’d seen her around Ft. Worth from time to time, but buying a woman had never been his style. He’d felt trapped when Wanelle had been presented to him, especially since his buddies had tied a big red bow around her neck. Turning her down would have been a serious social faux pas to his friends and to Wanelle. So, rather than hurt everyone’s feelings, Wilson had graciously accepted, and they’d spent the night in her fifth floor apartment, only to be awakened by the scent of smoke.
Sharon Sala (Nine Lives (Cat Dupree, #1))
McNarney relayed a Soviet complaint that he was too slow in disbanding and confining several German units in his sector of military government. “Hell,” Patton exploded, “why do you care what those Goddamn Russians think? We are going to have to fight them sooner or later; within the next generation. Why not do it now while our Army is intact and the damn Russians can have their hind end kicked back into Russia in three months? We can do it ourselves easily with the help of the German troops we have, if we just arm them and take them with us; they hate the bastards.” Patton had put his foot in his mouth again. It was a serious faux pas, this reference to those “German troops,” and it shocked McNarney. “Shut up, Georgie, you fool!” he told Patton. “This line may be tapped and you will be starting a war with those Russians with your talking!” But Patton refused to shut up.
Ladislas Farago (Patton: Ordeal and Triumph)
Moi alors j'ai commencé à ne rien comprendre à ce foutu univers. À ne rien piger à ce bordel de monde. Rien saisir de cette saloperie de société humaine. Tête Brûlée avec les fétiches venait de conquérir Niangbo ! C'est vrai ou ce n'est pas vrai, cette saloperie de grigri ? Qui peut me répondre ? Où aller chercher la réponse ? Nulle part. Donc c'est peut-être vrai, le grigri... ou c'est peut-être faux, du bidon, de la tricherie tout le long et large de l'Afrique. A faforo (cul de mon père) !
Ahmadou Kourouma (Allah Is Not Obliged)
Écrite dans un style où les mots durs et directs ainsi que les formules abruptes ne tirent pourtant pas à ras de la basse prose l’expression qu’un lyrisme de bon aloi élève vers ce que l’auteur considère comme « une poésie qui pense…pour ne dire que les choses fondamentales », cette œuvre aurait pu emprunter le titre d’un poème qu’il contient: Aux pays des pyramides inversées. Fouillant le passé, regardant en face le présent et scrutant l’avenir, elle exprime la nostalgie, les frustrations et la révolte. Elle est à la fois un cri du cœur et une interrogation pathétique sur le destin de l’Afrique qui survit en marge du grand destin qui devait être le sien. En effet les pyramides évoquent le temps de gloire du continent noir qui, aujourd’hui, ploie sous le poids de la dette et subit les contradictions d’une « démocratie …maquillée, enrobée de faux-semblants. » Marouba FALL, Ecrivain, Dramaturge !
Abdou Karim GUEYE Poésie Comme un amas de pyramides inversées
Oh, God, I'm sorry," she said. She'd just tackle-hugged a freaking god, and now he wouldn't let her go. Despite the fact that she'd apparently committed a major faux pas, Devlin's body felt damn good. All hard, lean muscle up against her. Power and strength evident in the fact that he held most od her body weight in the grip of one arm. And, geez, he smelled fantastic, like the cool earthy spice of a beautiful fall day. She had to resist pressing her nose to his throat and drinking him in.
Laura Kaye (East of Ecstasy (Hearts of the Anemoi, #4))
En alt derecedeki zihin kuramı yeteneği, en basit yetenektir ve bir insanın inancını anlayabilmektir. İkinci derece zihin kuramı yeteneği ise, bir insanın, üçüncü bir kişiye ilişkin düşüncelerini çıkarsayabilmektir. Fransızcadan olduğu gibi İngilizceye geçen, Türkçede gaf veya pot anlamlarına gelen ‘faux pas’ kavrama yeteneği ise, en kompleks yetenek olarak kabul edilir. Söyleyen kişinin ‘faux pas’yı söylememesi gerektiğini bilmediğini anlamayı ve duyan kişinin üzüleceğine ilişkin empatiyi birleştirmeyi içerir. Diğer iki zihin kuramı yeteneği ise, metafor ve ironiyi kavrayabilmektir. Anlambilimden göstergebilime, dilbilimden ruhbilime kadar pek çok disiplinin konusu olan metafor ve ironiyi kavrayabilmek de üst düzey bir zihin kuramı yeteneği gerektirir.
Anonymous
Do you have any idea how lovely you are tonight? I think every man here has his eye on you.” Lincoln spun her in a circle. “I hope you’ll squeeze in a few more dances with me.” Her skirt swished against her legs. “If it was up to me, you could have them all.” “I wish I could. But even with her modern ways, I’m afraid my aunt would point out that faux pas.” He drew her closer. “Just remember who you belong to.” Belong to? Normally such a phrase would raise Hannah’s hackles, but she found it stirred something entirely new inside her. She risked a quick glance upward, her heart hammering in her throat when she caught a glimpse of the heat in his eyes.
Lorna Seilstad (When Love Calls (The Gregory Sisters, #1))
Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre porte de bons fruits, mais le mauvais arbre porte de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C’est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez (évangile selon Matthieu, 7 : 15-20)
St Matthew Mark and Luke
The Politician's Faux-Pas [10w] They forget to get 'another person's opinion' from another person.
Beryl Dov
Comment est-ce possible? Comment tout cela tient-il ensemble? Je croise des gens par dizaines, je vois des faces préoccupées, j'ai l'impression parfois de lire dans leurs pensées. Tout le monde est triste. Pas autant que moi, mais tout le monde laisse des traînées de tristesse. Parfois j'aperçois un sourire déconcentré ou plus émouvant encore un rictus qui semble se diriger vers moi, c'est peut-être faux, ce n'est peut-être toujours que de la distraction, mais ça me tue, c'est comme un laser, ça crie toujours pourquoi dans ma tête, ça le crie toujours plus fort, pourquoi, comment est-ce possible, pourquoi dois-je décider, à propos de tout, si c'est beau ou laid, si ça mérite d'exister, plus que moi, moins que moi, plus que n'importe quoi d'autre qui n'existe pas, mais qui le pourrait.
Alexie Morin (Royauté)
Rien n’est plus facile que d’être original moyennant un faux absolu, et cela l’est d’autant plus quand cet absolu est négatif, car détruire est plus facile que construire. L’humanisme, c’est le règne de l’horizontalité, soit naïve, soit perfide ; comme c’est – par là même – la négation de l’Absolu, c’est également la porte ouverte à une multitude d’absoluités factices, souvent négatives, subversives et destructives par surcroît. Il n’est pas trop difficile d’être original avec de telles intentions et de tels moyens ; il suffisait d’y penser. Remarquons que la subversion englobe, non seulement les programmes philosophiques et moraux destinés à saper l’ordre normal des choses, mais aussi – en littérature et sur un plan apparemment anodin – tout ce qui peut satisfaire une curiosité malsaine : à savoir tous les récits fantasques, grotesques, lugubres, « noirs », donc sataniques à leur façon, et propres à prédisposer les hommes à tous les excès et à toutes les perversions ; c’est là le côté sinistre du romantisme. Sans avoir la moindre crainte d’être « enfant » ni le moindre souci d’être « adulte », nous nous passons volontiers de ces sombres insanités, et nous sommes pleinement satisfaits de Blanche-Neige et de la Belle au bois dormant.
Frithjof Schuon (To Have a Center (Library of Traditional Wisdom))
Tu ne sais rien des combats que j'ai dû mener pour arriver là où je suis aujourd'hui. Tu n'imagines même pas les souffrances que nous avons endurées, les secrets que nous avons dû protéger. Tu crois que tu sais tout, alors qu'en réalité, tu ne sais rien. Tu ne me connais pas — tu ne connais personne. Parce que la vie est ainsi faite. On croit tout savoir, on croit connaître les gens, et puis on s'aperçoit en vieillissant qu'on avait tout faux, qu'on s'est trompé sur toute la ligne.
B. Marsden
Ce sont des gosses en échec scolaire, m'explique-t-il, la mère est seule le plus souvent, certains ont déjà eu des ennuis avec la police, ils ne veulent pas entendre parler des adultes, ils se retrouvent dans des classes relais, quelque chose comme tes classes aménagées des années soixante-dix, je suppose. Je prends les caïds, les petits chefs de quinze ou seize ans, je les isole provisoirement du groupe, parce que c'est le groupe qui les tue, toujours, il les empêche des e constituer, je leur colle une caméra dans les mains et je leur confie un de leurs potes à interviewer, un gars qu'ils choisissent eux-mêmes. Ils font l'interview seuls dans un coin, loin des regards, ils reviennent, et nous visionnons le film tous ensemble, avec le groupe, cette fois. Ça ne rate jamais : l'interviewé joue la comédie habituelle devant l'objectif, et celui qui filme entre dans son jeu. Ils font les mariolles, ils en rajoutent sur leur accent, ils roulent des mécaniques dans leur vocabulaire de quatre sous en gueulant le plus fort possible, comme moi quand j'étais môme, ils en font des caisses, comme s'ils s'adressaient au groupe, comme si le seul spectateur possible, c'était le groupe, et pendant la projection leurs copains se marrent. Je projette le film une deuxième, une troisième, une quatrième fois. Les rires s'espacent, deviennent moins assurés. L'intervieweur et l'interviewé sentent monter quelque chose de bizarre, qu'ils n'arrivent pas à identifier. À la cinquième ou à la sixième projection, une vraie gêne s'installe entre leur public et eux. À la septième ou à la huitième (je t'assure, il m'est arrivé de projeter neuf fois le même film !), ils ont tous compris, sans que je le leur explique, que ce qui remonte à la surface de ce film, c'est la frime, le ridicule, le faux, leur comédie ordinaire, leurs mimiques de groupe, toutes leurs échappatoires habituelles, et que ça n'a pas d'intérêt, zéro, aucune réalité. Quand ils ont atteint ce stade de lucidité, j'arrête les projections et je les renvoie avec la caméra refaire l'interview, sans explication supplémentaire. Cette fois on obtient quelque chose de plus sérieux, qui a un rapport avec leur vie réelle ; ils se présentent, ils disent leur nom, leur prénom, ils parlent de leur famille, de leur situation scolaire, il y ades silences, ils cherchent leurs mots, on les voit réfléchir, celui qui répond autant que celui qui questionne, et, petit à petit, on voit apparaître l'adolescence chez ces adolescents, ils cessent d'être des jeunes quis 'amusent à faire peur, ils redeviennent des garçons et des filles ed leur âge, quinze ans, seize ans, leur adolescence traverse leur apparence, elle s'impose, leurs vêtements, leurs casquettes redeviennent des accessoires, leur gestuelle s'atténue, instinctivement celui qui filme resserre le cadre, il zoome, c'est leur visage qui compte maintenant, on dirait que l'interviewer écoute le visage de l'autre, et sur ce visage, ce qui apparaît, c'est l'effort de comprendre, comme s'ils s'envisageaient pour la première fois tels qu'ils sont : lis font connaissance avec la complexité. (p. 236-237)
Daniel Pennac (Chagrin d'école)
Paradise Regained Alone on the waxwings of shadows I have flown Under the arches of Eden beside her alluvial cone. Little remain of her orchards, now overgrown; Little remains of her promise, she had once shown. There are Edens lost we can never track back to; We must pull through for our fuck ups without further ado; We just must move on from our faux pas we can never undo. Paradise then shall be regained when to your heavenly promise you remain true.
Beryl Dov
Charles Adolphe Faux-Pas Bidet.
Barnes Carr (The Lenin Plot: The Untold Story of America's Midnight War Against Russia)
I want you to regard Mandrake Press Ltd. solely as your publishers, and not to prejudice the purely commercial side of that purely publishing concern with any of your fits and starts, Thelemite politics, earthquakes, and the other distracting phenomena of art and nature, such as pin pricks, dogmatism, human chess, brawls, faux pas, bravado and braggadocio, pure bluff, brainwaves, and dementia precox, which tend to accompany your too personal intrusion into the world of practical affairs. 13
Richard Kaczynski (Perdurabo, Revised and Expanded Edition: The Life of Aleister Crowley)
Et pourtant, nulle part on n'enseigne aux enfants une méthode systématique pour faire le départ entre le vrai et le faux, une affirmation sensée et une autre qui ne l'est pas. Pourquoi ? Parce que leurs aînés, même dans les pays démocratiques, ne veulent pas qu'ils reçoivent ce genre d'instruction.
Aldous Huxley (Brave New World Revisited)
The book that he wanted was in an area that seemed barren and deserted from the rest of the library, like a friend who had been alienated for committing a social faux pas such as pronouncing French words with the English “x” and “s” sound, not the “faux pas” referring to the loser in a paternity test battle.
J.S. Mason (The Ghost Therapist...And Other Grand Delights)
Je ne crois pas une demi-seconde aux déclarations du genre rien ne sera plus jamais comme avant. Au contraire, tout restera exactement pareil... Il serait tout aussi faux d'affirmer que nous avons redécouvert le tragique, la mort, la finitude, etc..
Michel Houellebecq
Money is strange, too, if you haven’t used it for a while. Hell is mostly a barter economy. Especially among the high and mighty, having to buy something is a massive social faux pas. It means that you don’t have anything good enough to trade or you aren’t clever enough to swindle your way to your heart’s desire. Brad Pitt’s wad seemed like a fortune when I counted it, but I blow through most of it in a couple of hours.
Richard Kadrey (Sandman Slim (Sandman Slim, #1))
Ce n'est pas parce que le capitalisme achète et exploite la force de travail du mari qu'il exploite du même coup la femme. C'est absolument faux. Elle est exploitée par son rapport de production [l'exploitation domestique], c'est évident, pas par celui de son mari.
Christine Delphy (L'ennemi principal (Tome 1) : économie politique du patriarcat)
N’est-ce pas là la magie des histoires : rendre vrai ce qui est faux et faux ce qui est vrai ?
Marie Rutkoski (The Winner's Curse (The Winner's Trilogy, #1))
Je voulais lui prouver à quel point je tenais à lui, combien je l’aimais, que tous ces faux-semblants devant la presse et les médias, et je n’en avais rien à foutre, que l’argent, pour finir n’a pas d’importance s’il est gagnée aux dépens de nos valeur et de notre morale.
Charlie L (Metronomy)
Ce qui intéresse le sot n'est pas de comprendre, mais de faire étalage de son opinion.
Anonymous (Proverbs)
L'objet de leur discussion aperçut alors son reflet, comme elles auraient pu elles aussi le voir, dans un miroir à cadre doré sur le mur opposé : une silhouette étrange, contorsionnée, une jambe enroulée sur l'autre, la main droite serrée dans la gauche, et une tête hirsute inclinée sur le côté. L'angle de vue effaçait le reste de la pièce et il donnait l'impression d'être seul au centre d'une immensité blanche. Un paysage de neige givré sur lequel tombaient les rayons du soleil. L'été arctique : rien ne bouge, rien ne vit et le ciel est dégagé. Ce n'est pas moi, pensa-t-il. Et pourtant, si. Tout était faux à propos de cet homme. Jamais son reflet ne montrerait la vérité qu'il avait en vie de crier tout haut. (…) Alors qu'il avait cru pouvoir crier, une toute petite voix s'échappa de lui. ‘J'ai aimé, leur dit-il. Ce qui signifie que j'ai vécu. A ma manière.’ Il n'y avait rien à ajouter.
Damon Galgut (Arctic Summer)
On s'était trompé. L'erreur qu'on avait faite, en quelques secondes, a gagné tout l'univers. Le scandale était à l'echelle de Dieu. Mon petit frère était immortel et on ne l'avait pas vu. L'immortalité avait été recelée par le corps de ce frère tandis qu'il vivait et nous, on n'avait pas vu que c'était dans ce corps-là que se trouvait être logée l'immortalité. Le corps de mon frère était mort. L'immortalité était morte avec lui. Et ainsi allait le monde maintenant, privé de ce corps visité, et de cette visite. On s'était trompé complètement. L'erreur a gagné tout l'univers, le scandale. [...] Il faudrait prévenir les gens de ces choses-là. Leur apprendre que l'immortalité est mortelle, qu'elle peut mourrir, que c'est arrivé, que cela arrive encore. Qu'elle ne se signale pas en tant que telle, jamais, qu'elle est la duplicité absolue. Qu'elle n'existe pas dans le détail mais seulement dans le principe. Que certaines personnes peuvent en recéler la présence, à condition qu'elles ignorent le faire. De même que certaines autres personnes peuvent en déceler la présence chez ces gens, à la même condition, qu'elles ignorent le pouvoir. Que c'est tandis qu'elle se vit que la vie est immortelle, tandis qu'elle est en vie. Que l'immortalité ce n'est pas un question de plus ou moins de temps, que ce n'est pas une question d'immortalité, que c'est une question d'autre chose qui reste ignoré. Que c'est aussi faux de dire qu'elle est sans commencement ni fin que de dire qu'elle commence et qu'elle finit avec la vie de l'esprit du moment que c'est l'esprit qu'elle participe et de la poursuite du vent. Regardez les sables morts des déserts, le corps mort des enfants : l'immortalité ne passe pas par là, elle s'arrête et contourne.
Marguerite Duras (L'Amant)
a single faux pas might prove to be a false step.
Stephen Leacock (Frenzied Fiction)
Ned Sherrin Ned Sherrin is a satirist, novelist, anthologist, film producer, and celebrated theater director who has been at the heart of British broadcasting and the arts for more than fifty years. I had met Diana, Princess of Wales--perhaps “I had been presented to” is more accurate--in lineups after charity shows that I had been compering and at which she was the royal guest of honor. There were the usual polite exchanges. On royal visits backstage, Princess Alexandra was the most relaxed, on occasion wickedly suggesting that she caught a glimpse of romantic chemistry between two performers and setting off giggles. Princess Margaret was the most artistically acute, the Queen the most conscientious; although she did once sweep past me to get to Bill Haley, of whom she was a fan. Prince Edward could, at one time, be persuaded to do an irreverent impression of his older brother, Prince Charles. Princess Diana seemed to enjoy herself, but she was still new to the job and did not linger down the line. Around this time, a friend of mine opened a restaurant in London. From one conversation, I gathered that although it was packed in the evenings, business was slow at lunchtime. Soon afterward, I got a very “cloak-and-dagger” phone call from him. He spoke in hushed tones, muttering something like “Lunch next Wednesday, small party, royal person, hush-hush.” From this, I inferred that he wanted me and, I had no doubt, other friends to bring a small party to dress the restaurant, to which he was bringing the “royal person” in a bid to up its fashionable appeal during the day. When Wednesday dawned, the luncheon clashed with a couple of meetings, and although feeling disloyal, I did not see how I was going to be able to round up three or four people--even for a free lunch. Guiltily, I rang his office and apologized profusely to his secretary for not being able to make it. The next morning, he telephoned, puzzled and aggrieved. “There were only going to be the four of us,” he said. “Princess Diana had been looking forward to meeting you properly. She was very disappointed that you couldn’t make it.” I felt suitably stupid--but, as luck had it, a few weeks later I found myself sitting next to her at a charity dinner at the Garrick Club. I explained the whole disastrous misunderstanding, and we had a very jolly time laughing at the coincidence that she was dining at this exclusive club before her husband, who had just been elected a member with some publicity. Prince Charles was in the hospital at the time recuperating from a polo injury. Although hindsight tells us that the marriage was already in difficulties, that was not generally known, so in answer to my inquiries, she replied sympathetically that he was recovering well. We talked a lot about the theater and her faux pas some years before when she had been to Noel Coward’s Hay Fever and confessed to the star, Penelope Keith, that it was the first Coward play that she had seen. “The first,” said Penelope, shocked. “Well,” Diana said to me, “I was only eighteen!” Our meeting was at the height of the AIDS crisis, and as we were both working a lot for AIDS charities, we had many notes to compare and friends to mourn. The evening ended with a dance--but being no Travolta myself, I doubt that my partnering was the high point for her.
Larry King (The People's Princess: Cherished Memories of Diana, Princess of Wales, From Those Who Knew Her Best)
I Do Believe You Ate My Salad Recently, I attended a luncheon at the George Lindsey (Goober of Mayberry fame) Film Festival at my alma mater, the University of North Alabama. Good manners and polite social behavior were at the top of my list, for I know how often business deals get made and people fall in love over meals--my goodness! Seated right next to me was my friend Buddy Killen, a legendary songwriter from Nashville, Tennessee. Everything seemed to be going fine until I looked over and saw that Buddy was eating my salad. I guess he forgot that your salad is always served on the right. Should I have ignored his faux pas? Skipped my salad to avoid making him uncomfortable? What was a Grits girl to do? I’ll tell you what: without a second thought, I turned to Buddy and said straight out, “Excuse me, sir, I do believe you ate my salad!” Never missing a beat, he waved the waiter over and said, “Sir, I’m afraid you forgot Edie’s salad!” With that, I got my salad and all honor was saved. Which just goes to show that being straightforward in a polite manner is never inappropriate. -Edie Hand
Deborah Ford (Grits (Girls Raised in the South) Guide to Life)
Chewy Chocolate Chip M&M Cookies.39 2 and 1/4 cups all-purpose flour 1 teaspoon baking soda 1 and 1/2 teaspoons cornstarch 3/4 teaspoon salt 3/4 cup (1.5 sticks) unsalted butter, melted 3/4 cup light brown sugar, loosely packed 1/2 cup granulated sugar40 1 large egg + 1 egg yolk (preferably at room temperature) 1 tablespoon vanilla extract 1 cup chocolate chips 1/2 cup M&Ms for tops of cookies Preheat the oven to 350°F. Line two large baking sheets with parchment paper or silicone baking mats. Set aside. Toss together flour, baking soda, cornstarch and salt in a large bowl. Set aside. In a medium size bowl, whisk the melted butter, brown sugar, and white sugar together until no brown sugar lumps remain. Whisk in the egg, then the egg yolk. Finally, whisk in the vanilla. Pour the wet ingredients into the dry ingredients and mix together with a large spoon or rubber spatula. The dough will be very soft, yet thick. Fold41 in the chocolate chips. They may not stick to the dough because of the melted butter, but do your best to have them evenly dispersed among the dough. Cover the dough and chill for 2 hours, or up to 3 days. Chilling is mandatory.42 Take the dough out of the refrigerator and allow to slightly soften at room temperature for 10 minutes. Roll the dough into balls, about 3 tablespoons of dough each and place 2 inches apart on cookie sheets, or use a cookie scooper. Bake the cookies for 11-14 minutes. They will look very soft and underbaked. They will continue to bake on the cookie sheet. Allow cooling on the cookie sheet for 10 minutes before moving to a wire rack43 to cool completely.
Amy Lyle (The Amy Binegar-Kimmes-Lyle Book of Failures: A funny memoir of missteps, inadequacies and faux pas)
Chez l’homme marqué par le scientisme, l’intuition des intentions sous-jacentes a disparu, et non seulement cela ; le scientisme, axiomatiquement fermé aux dimensions suprasensibles du Réel, a doté l’homme d’une crasse ignorance et a faussé l’imagination en conséquence. La mentalité moderniste entend réduire les anges, les démons, les miracles, bref, tous les phénomènes non matériels et inexplicables en termes matériels, à du « subjectif » et du « psychologique », alors qu’il n’y a là pas le moindre rapport, si ce n’est que le psychisme est lui aussi – mais objectivement - fait de substance extra-matérielle … Quoiqu’il en soit, la déficience de la science moderne porte essentiellement sur la causalité universelle ; on nous objectera sans doute que la science ne s’occupe pas de causalité philosophique, ce qui est faux, car tout l’évolutionnisme n’est pas autre chose qu’une hypertrophie imaginée en fonction de la négation de causes réelles, et cette négation matérialiste aussi bien que sa compensation évolutionniste, relève de la philosophie et non de la science.
Frithjof Schuon (Form and Substance in the Religions (Library of Perennial Philosophy))
Sauf en cas de crime ignoble, je ne comprends pas qu'on rompe. Dire à quelqu'un que c'est terminé, c'est laid et faux. Ce n'est jamais terminé. Même quand on ne pense plus à quelqu'un, comment douter de sa présence en soi ? Un être qui a compté compte toujours.
Amélie Nothomb (Ni d'Ève ni d'Adam)
Le plus passionnant, ce sont les six volumes suivants de l'Histoire des origines du christianisme, où est racontée en détail cette histoire beaucoup moins connue : comment une petite secte juive, fondée par des pêcheurs illettrés, soudée par une croyance saugrenue sur laquelle aucune personne raisonnable n'aurait misé un sesterce, a en moins de trois siècles dévoré de l'intérieur l'Empire romain et, contre toute vraisemblance, perduré jusqu'à nos jours. Et ce qui est passionnant, ce n'est pas seulement l'histoire en soi extraordinaire que Renan raconte, mais l'extraordinaire honnêteté avec laquelle il la raconte, je veux dire sa façon d'expliquer au lecteur comment il fait sa cuisine d'historien : de quelles sources il dispose, comment il les exploite et en vertu de quels présupposés. J'ai sa façon d'écrire l'histoire, non pas ad probandum, comme il dit, mais ad narrandum : pas pour prouver quelque chose, mais simplement pour raconte ce qui s'est passé. J'aime sa bonne foi têtue, le scrupule qu'il met à distinguer le certain du probable, le probable du possible, le possible du douteux, et le calme avec lequel il répond aux plus violents de ses critiques : " Quant aux personnes qui ont besoin, dans l'intérêt de leur croyance, que je sois un ignorant, un esprit faux ou un homme de mauvaise foi, je n'ai pas la prétention de modifier leur opinion. Si ell est nécessaire à leur repos, je m'en voudrais de les désabuser." (p. 176-177)
Emmanuel Carrère (Le Royaume)
Kane had agreed to come back to his place tonight after work. Avery took nothing for granted where Kane was concerned and would ask to make sure Kane came back every night. He'd never just come on his own. Avery mentally frowned and then wondered if the look had crossed his face as the speaker faltered in his lecture. He couldn't help the facial faux pas, every time he thought about Brian showing up at Kane's place, completely unannounced, it thoroughly pissed him off.
Kindle Alexander (Always (Always & Forever #1))
There are certain bad habits we’ve groomed our whole life—from personality flaws to fashion faux pas. And it has been the role of parents and friends, outside of some minor tweaking, to reinforce the belief that we’re okay just as we are. But it’s not enough to just be yourself. You have to be your best self. And that’s a tall order if you haven’t found your best self yet. That’s
Neil Strauss (The Game: Penetrating the Secret Society of Pickup Artists)
Nous n'avons pas à acquérir l'humilité. L'humilité est en nous. Seulement nous nous humilions devant de faux dieux.
Simone Weil (La pesanteur et la grace (annoté-illustré): Des citations fulgurantes (French Edition))
[...] nous fuyons le vide intérieur parce que Dieu pourrait s'y glisser. Ce n'est pas la recherche du plaisir et l'aversion de l'effort qui produisent le péché, mais la peur de Dieu. On sait qu'on ne peut pas le voir face à face sans mourir, et on ne veut pas mourir. On sait que le péché nous préserve très efficacement de le voir face à face : le plaisir et la douleur nous procurent seulement la légère impulsion indispensable vers le péché, et surtout le prétexte, l'alibi encore plus indispensables. Comme il faut des prétextes pour les guerres injustes, il faut des faux biens pour le péché, car on ne peut soutenir la pensée qu'on va vers le mal. La chair n'est pas ce qui nous éloigne de Dieu, elle est le voile que nous mettons devant nous pour faire écran entre Dieu et nous.
Simone Weil (La pesanteur et la grace (annoté-illustré): Des citations fulgurantes (French Edition))
Je n'ai pas vu de vérité plus évidente que la mort Mais elle est tellement occultée par les faux espoirs qu'on l'oublie.
Mohammad Husayn Ya'qub (Demain La Tombe)
Who is that full-figured fellow?” “I’m not a man!” was the response. “You’re backlit, I’m sorry. You’re just bringing more to the party as far as I’m concerned.” Bill’s apology sounded sincere, but he didn’t dwell on the faux pas. “What’s up? What’s your question?” “What’s up, Bill Murray?” she asked. “Don’t worry—that’s not my question. I actually came all the way from Vancouver for this.” “Is anyone driving back to Vancouver after this?” Bill called out. “Is that the question?” “There’s a million things I could ask you right now,” she said. “The only thing that comes to my mind is ‘How does it feel to be you?’ 
Gavin Edwards (The Tao of Bill Murray: Real-Life Stories of Joy, Enlightenment, and Party Crashing)
J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle ! leur crie le législateur. Laquelle souhaitez-vous entendre en premier ? – La bonne ! répondent les hédonistes. – Je L’ai convaincu de réduire le nombre des commandements de quinze à dix ! – Alléluia ! s’écrie la foule indisciplinée. Et la mauvaise ? – L’adultère en fait toujours partie. Donc des règles il y en aura, mais par pitié, pas trop non plus. Nous sommes partagés dans ce domaine, même quand nous savons qu’elles nous sont bénéfiques. Si nous sommes des esprits éclairés, des personnes de caractère, elles peuvent nous sembler contraignantes, un affront à notre sens des responsabilités et à notre volonté de mener notre vie comme bon nous semble. Pourquoi devrions-nous être jugés d’après les règles d’un autre ? Mais nous sommes jugés. Après tout, Dieu n’a pas remis à Moïse les « dix suggestions », mais bien les dix commandements. En esprit libre, ma première réaction à un ordre est de me dire que personne, pas même Dieu, n’a à me dire ce que j’ai à faire, même si c’est pour mon bien. L’histoire du Veau d’or nous rappelle également que, sans règles, nous pouvons vite devenir esclaves de nos passions. Ce qui n’a rien de libérateur. Et ce récit sous-entend autre chose : livrés à nous-mêmes et à notre propre jugement, nous avons vite tendance à nous satisfaire du minimum, à nous contenter de peu. En l’occurrence, d’un faux animal qui fait ressortir nos instincts les plus vils d’une façon totalement débridée. Grâce à cette vieille histoire hébraïque, nous comprenons mieux
Jordan B. Peterson (12 règles pour une vie : Un antidote au chaos)