Ta Hui Quotes

We've searched our database for all the quotes and captions related to Ta Hui. Here they are! All 8 of them:

办昆士兰大学毕业证(咨询顾问qq/微信: 1954 292 140)回国认证、应付家人、回国工作入职、国外申请学校等。致力于为每一位因特殊因素拿不到学位证的同学服务。We will never disclose your privacy to any individual or organization, and are committed to providing you with a better experience and service under the premise of fully protecting your privacy. ◇高规格,高质量!选择我们-就是选择安心,全程保密,让你办的放心。 ◇留学学历认证,非正常毕业留学生。留信网认证。 ◇服务: 留学学历认证, 未毕业 原版毕业证, 留学保录取。 High specifications, high quality! Choosing us-is to choose peace of mind, keep confidential the whole process, let you rest assured No matter where you are, as long as you gPCJQpTtvghRUULGzSFCUFRgObToEqTaHuiBZTECbzetIrDATgdcmVBlBrbZFkPrxAIMXRvCbiEddOtnOXkelUkacPCKAKpznZGqGokUgFKfsyvmQISmTHdIrZjNlTkIAnbekBZiemhDWgXfxxaDTJQIYmaWUGKSMtJovqDKZmeJfdpOyCjggUuPlYrstqdCliWikwEKneed it, we will meet your needs with the most efficient work efficiency High specifications, high quality! Choosing us-is to choose peace of mind, keep confidential the whole process, let you rest assured No matter where you are, as long as you need it, we will meet your needs with the most efficient work efficiency
UQ毕业证成绩单(办网上可查的毕业证)昆士兰大学毕业证#学历认证The University of queensland Diploma
Qui me reflète sinon toi-même Je me vois si peu Sans toi je ne vois rien Qu’une étendue déserte Entre autrefois et aujourd’hui Il y a eu toutes ces morts Que j’ai franchies Sur de la paille Je n’ai pas pu percer Le mur de mon miroir Il m’a fallu apprendre Mot par mot la vie Comme on oublie Je t’aime pour ta sagesse Qui n’est pas la mienne Pour la santé je t’aime Contre tout ce qui n’est qu’illusion Pour ce cœur immortel Que je ne détiens pas Que tu crois être le doute Et tu n’es que raison Tu es le grand soleil Qui me monte à la tête Quand je suis sûr de moi Quand je suis sûr de moi Tu es le grand soleil Qui me monte à la tête Quand je suis sûr de moi Quand je suis sûr de moi
Paul Éluard
Les brumes s’épaississent sur les cimes du Šar. Les versants se dressent face à Emina, implacables dans le jour déclinant. Les paroles de Feti ricochent en elle, par-dessus la musique qu’il met plus fort dans la voiture. Elles traversent le scherzo du violon dont les volutes tournoient entre eux, alors qu’ils arrivent à Tetovo. Elles dissipent le sourd espoir qui l’a menée ici, au-delà du désir de renouer avec le frère d’Yllka. Elle mesure l’ampleur de son rêve, de ce qu’elle n’a dit à personne là-bas en Allemagne. Ils auraient passé leur bras autour de ses épaules. Ils l’auraient entourée d’une affection mêlée de pitié… Oui, dans l’outremer des montagnes, elle croit apercevoir la trace d’Yllka. Les empreintes fines d’un oiseau sur un sentier couvert de sable. Elles conduiraient à une maison de montagne qui sentirait le bois et le foin à la fin de l’été. Parce qu’Yllka se serait réfugiée quelque part ici. Elle y attendrait Emina, sa fille, Alija, son fils, depuis toutes ces années. Elle-même mue par la conviction que ses enfants finiront par la rejoindre. Car comment pourrait-elle savoir où ils vivent aujourd’hui, si même ils vivent encore ? Comment ? Et c’est la raison de son silence. Il ne peut en être autrement. Preuve de vie ou de mort, Emina ne s’en ira pas d’ici sans l’avoir obtenue. « Je peux juste te parler d’elle. Celle qu’elle fut ici. Ma sœur, ta mère… » Des mots qui lacèrent le ciel très loin au-dessus d’elle. Feti gare sa voiture le long de la rue bordée d’immeubles. S’il se trompait… Si Yllka n’avait pas pu le retrouver lui non plus ? Les feuillages des arbres flamboient sur les trottoirs. Des traînées couleur de fer assombrissent les nuages au-dessus des immeubles. Ils se creusent d’un vaste cratère noirâtre. Des choucas évoluent par centaines sur la ville, alors que le soleil descend à l’horizon. Ils s’insinuent dans les invisibles couloirs ouverts par de secrètes turbulences. Leur vacarme secoue les airs, assourdit Emina. Elle est sur le point de flancher, rattrapée par le lieu et les cris des oiseaux.
Cécile Oumhani (Le café d'Yllka)
FOLCO : "Socialisme" et "communisme" sont devenus presque des gros mots. Quelle est l'essence de ce rêve à laquelle on pourrait s'identifier, au lieu de le repousser sans même y réfléchir ? TIZIANO : L'idée du socialisme était simple : créer une société dans laquelle il n'y aurait pas de patrons pour contrôler les moyens de production, moyens avec lesquels ils réduisent le peuple en esclavage; Si tu as une usine et que tu en es le patron absolu, tu peux licencier et embaucher à ta guise, tu peu même embaucher des enfants de douze ans et les faire travailler. Il est clair que tu engranges un profit énorme, qui n'est pas dû uniquement à ton travail, mais également au travail de ces personnes-là. Alors, si les travailleurs participent déjà à l'effort de production, pourquoi ne pas les laisser coposséder l'usine ? La société est pleine d'injustices. On regarde autour de soi et on se dit : mais comment, il n'est pas possible de résoudre ces injustices ? Je m'explique. Quelqu'un a une entreprise agricole en amont d'un fleuve avec beaucoup d'eau. Il peut construire une digue pour empêcher que l'eau aille jusqu'au paysan dans la vallée, mais ce n'est pas juste. Ne peut-il pas, au contraire, trouver un accord pour que toute cette eau arrive également chez celui qui se trouve en bas ? Le socialisme, c'est l'idée d'une société dans laquelle personne n'exploite le travail de l'autre. Chacun fait son devoir et, de tout ce qui a été fait en commun, chacun prend ce dont il a besoin. Cela signifie qu'il vit en fonction de ce dont il a besoin, qu'il n'accumule pas, car l'accumulation enlève quelque chose aux autres et ne sert à rien. Regarde, aujourd'hui, tous ces gens richissimes, même en Italie ! Toute cette accumulation, à quoi sert-elle ? Elle sert aux gens riches. Elle leur sert à se construire un yacht, une gigantesque villa à la mer. Souvent, tout cet argent n'est même pas recyclé dans le système qui produit du travail. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. C'est de là qu'est née l'idée du socialisme. FOLCO : Et le communisme ? Quelle est la différence entre le socialisme et le communisme ? TIZIANO : Le communisme a essayé d'institutionnaliser l'aspiration socialiste, en créant - on croit toujours que c'est la solution - des institutions et des organismes de contrôle. Dès cet instant, le socialisme a disparu, parce que le socialisme a un fond anarchiste. Lorsqu'on commence à mettre en place une police qui contrôle combien de pain tu manges, qui oblige tout le monde à aller au travail à huit heures, et qui envoie au goulag ceux qui n'y vont pas, alors c'est fini. (p. 383-384)
Tiziano Terzani (La fine è il mio inizio)
Les cœurs ne sont pas tous les mêmes. Ils se modèlent et prennent forme au fur et à mesure des expériences. Comme un tronc qui pousserait tordu pour s'adapter à ce qui l'entoure. Et tout ce qui a modelé le tien... ce qu'on t'a appris, ce qu'on t'a transmis, ce qui t'a fait pleurer, ce qui t'a fait rire, le sang qui n'a fait qu'un tour et celui qu'on t'a fait cracher. Tout ça aujourd'hui est à Kobané.
Zerocalcare (Kobane calling)
Je préfère remonter à pied les Champs-Elysées un soir de printemps. Ils n'existent plus vraiment aujourd'hui, mais, la nuit, ils font encore illusion. Peut-être sur les Champs-Elysées entendrai-je ta voix m'appeler par mon prénom...
Patrick Modiano (Dans le café de la jeunesse perdue)
S'il te plaît, c'est quoi, cette bêtise, pourquoi n'es-tu pas là ? Qu'est-ce que c'est que cette connerie ? Que je ne puisse pas t'embrasser maintenant, que je ne puisse pas m'étendre près de toi, te caresser, t'exciter et m'exciter par toi, que je ne puisse pas te sucer jusqu'à l'orgasme et te sentir entre mes jambes et rire ensuite avec toi parce que ta barbe empeste au point de donner une érection au contrôleur du tram qui poinçonnera ton billet ?
Jana Černá (Pas dans le cul aujourd'hui)
The Master said, “Fa-ta, when your mind practices, it reads the Lotus. When it doesn’t practice, the Lotus does the reading. When your mind is true, it reads the Lotus. When your mind is false, the Lotus does the reading. When you develop the understanding of a buddha, you read the Lotus. When you develop the understanding of an ordinary being, the Lotus reads you.
Hui-Neng (The Platform Sutra: The Zen Teaching of Hui-neng)