Ipanema Quotes

We've searched our database for all the quotes and captions related to Ipanema. Here they are! All 10 of them:

A certain person may have, as you say, a wonderful presence; I do not know. What I do know is that he has a perfectly delightful absence.
Idries Shah
The elevator turned out to be slower than the damned train at Disney World. And it played “The Girl from Ipanema” in Muzak. I looked at Paris and saw that he was mouthing the lyrics. That was it. I’d have to plan an intervention for him once we got home.
Leslie Langtry (Guns Will Keep Us Together (Greatest Hits, #2))
I'm only a girl with metaphysical soles.
Haruki Murakami (The Girl from Ipanema 1963/1982)
Ipanema
R.J. Palacio (Wonder)
Sometimes when I looked at Grans, I could see the pretty girl she used to be underneath the wrinkles. I could see the girl from Ipanema inside the old-lady walk.
R.J. Palacio (Wonder (Wonder, #1))
Amid the luxurious freshness of Ipanema each building has its own secret police.
Jean Baudrillard (Cool Memories)
O estigma sofrido pelos jovens negros e pobres na zona sul parecia servir de combustível para a revanche dos garotos. Nas praias lotadas do Arpoador e de Ipanema, eles iniciavam o corre-corre, seguido de brigas, furtos, espancamentos e pânico entre os banhistas, que deixavam as areias em desespero. As cenas, gravadas e mostradas no Fantástico e no Jornal Nacional, provocaram indignação. Um ritual sagrado do carioca — a praia nos domingos de sol — estava sendo profanado.
Bruno Paes Manso (A República das Milícias: Dos Esquadrões da Morte à Era Bolsonaro)
I’d rather not roam the mountain calling Lady from Minnesota to the tune of ‘The Girl from Ipanema.
Craig Johnson (The Longmire Defense (Walt Longmire, #19))
opération. Et nous ne voulons pas de casse, ni chez vos hommes, ni pour nous, d’autant que Tel Aviv niera son implication si ça tourne mal. Mais, il y a moins de cinq ans, j’ai moi-même égorgé un responsable du Esbollah qui faisait partie de la liste de l’opération Colère de Dieu. Au passage, j’ai tué quatre de ses gardes du corps à l’arme blanche. Je vous rappelle, que nous sommes sous mandat direct de la Knesset, et qu’il s’agit justement d’une prolongation de Colère de Dieu. Les ordres donnés aux terroristes arabes à Munich en 72 l’ont été depuis ici. Donc, je viens. Je suis garante des compétences d’Eve, quant au jeune blanc bec derrière vous, Ezra, c’est notre meilleur homme de terrain. - Il nous faut une personne en support logistique, quoiqu’il arrive, conclut le militaire vexé. Donc, démerdez-vous comme vous voulez, à la courte paille si ça vous amuse. Mais, j’en emmène deux sur les trois. Pas les trois. - Au fait, ça vous sera probablement utile dit Eve, en tendant les plans et compte-rendu de Menouha. C’est assez parcellaire comme informations, mais, elle a quand même fait un bon boulot. 29 Août 1990 – Rio de Janeiro – Brésil Sarah préparait Thomas dans la salle de bain. - Il est où papa ? - Il est parti jouer au golf avec le monsieur qui nous a aidés à guérir ta sœur. - Il rentre quand ? - Ce soir. Nous, on va aller à la plage avec Chloé. Le petit garçon échappa aux mains de sa mère qui venait de lui enfiler son t-shirt et courut dans le salon. - Isabella, tu viens avec nous à la plage ? - Je ne sais pas mon grand, répondit la jeune infirmière. Maman veut peut-être rester seule avec ses deux bambins. - Non. Isabella, vous pouvez venir avec nous. Cela fera plaisir aux enfants, répondit Sarah depuis la salle de bain. Le temps était magnifique. Thomas courait devant, son ballon à la main, dans le sable blanc de la plage d’Ipanema. Sarah et Isabella portèrent Chloé qui arrivait maintenant à marcher sur des sols durs, mais pas encore dans le sable. Les deux jeunes femmes s’installèrent non loin de l’eau dans une zone surveillée par un maitre-nageur. Thomas s’était arrêté devant un petit groupe de brésiliens à peine plus vieux que lui qui jouait au football sur un terrain improvisé. Il aurait voulu jouer avec eux mais, il n’osait pas demander. Isabella s’approcha des enfants et en quelques mots leur fit comprendre qu’avec un joueur de plus, ils seraient en nombre pair, ce qui rendrait leur partie intéressante. - Mais, non… chuchota Thomas à l’oreille de la jeune infirmière. Regarde comme ils jouent bien. Ils vont se moquer de moi. - Je suis certaine que non. Et, puis, si c’est le cas et que ça ne te convient pas, tu auras toujours la possibilité de revenir nous voir sous le parasol. Mais, si tu n’essaies pas, si tu ne te confrontes pas à eux, tu ne sauras jamais s’ils étaient vraiment meilleurs que toi, s’il s’agit d’enfants moqueurs ou de futurs copains. Tu comprends petit Thomas. Il faut tenter. Prendre des risques, sinon, on n’apprend rien. Allez, va. Ils t’attendent...
Eric TERRIEN (Mein Grand-Père)
the world how to party. Construction went on around the clock as workers finished up the Olympic venues spread across the city. Corporate hospitality tents had gone up on the beaches and in the parks. The new subway line to the Olympic Park in Barra da Tijuca had opened the week before, to much fanfare. In Ipanema and Copacabana, hotels were fully booked for the upcoming sixteen-day event, and
James Patterson (Private Rio (Private, #11))